Le marché immobilier à Nîmes

de | 29 janvier 2016

Les propriétaires ont enfin consenti à lâcher du lest à Nîmes. Depuis 4 ans, les prix s’affichent à la baisse pour le plus grand bonheur des primo-accédants et des investisseurs locatifs à la recherche de biens en centre-ville.

nîmes

Le début d’un renouveau immobilier ?

Les agents immobiliers de Nîmes n’osent pas encore y croire. Et pourtant, certains signes ne trompent pas. Si l’on en croit les déclarations de M Jean Luc Chevalier, notaire de son état à Nîmes, les ventes de biens immobiliers d’une valeur de 250 000 euros ne sont pas encore monnaie courante, mais elles redémarrent tout doucement, alors qu’il y a encore deux ans, elles avaient vraiment disparu de la circulation.

Selon toute vraisemblance, les aspirants propriétaires se sont montrés plus entreprenants en voyant que les feux étaient désormais au vert : prix à la baisse, un large éventail de choix, taux d’intérêt historiquement bas. Après quatre ans de disette, les opérateurs œuvrant dans l’immobilier dans la cité du Gard se remettent à espérer.

Les ventes en régression, les prix baissent aussi

Le volume des transactions a commencé à se restreindre depuis 2011 dans la préfecture du Gard et ce mouvement est allé croissant. Selon les données de la Chambre des notaires, elles ont encore baissé de 15% l’année dernière. Mais le verrou des prix a également sauté. Les prix sont descendus de 8 % dans la même période.

baisse des prix

Le prix moyen dans l’ancien n’est plus que de 1 800 euros/m2 et le neuf se négocie autour de 3 100 euros/m2 à Nîmes et sa proximité immédiate. Pour acheter un bien immobilier dans la région nîmoise il suffit désormais de compter en moyenne 165 000 euros, l’observatoire de l’immobilier du Gard dixit.

Même son de cloche du côté de la zone pavillonnaire. Le prix d’achat moyen d’une maison occupant une surface de 80 m2 n’est plus que de 150 000 à 200 000 euros alors que l’année dernière, il s’arc-boutait dans la fourchette des 200 000 à 250 000 euros.

Le marché se démocratise

Le marché immobilier – du moins au niveau de Nîmes – présente des signes de frémissements assez encourageants après des années de galère. Le mérite revient surtout au sens du réalisme des propriétaires. Les ventes à moins de 200 000 euros sont désormais le cheval de bataille des agents immobiliers. Ce qui n’est pas pour déplaire à M Chevalier qui estime que ce sont les acheteurs à petit budget qui constituent désormais l’épine dorsale du marché immobilier nîmois.

Le marché grouille désormais de bonnes affaires. Les studios s’affichent à des prix inédits jusqu’ici et font le bonheur des jeunes primo-accédants. Les quartiers huppés comme ceux au pied des sept collines voient leurs prix baisser de 15 à 20 %.

nimes

Le bon moment pour acheter

Les agents immobiliers sont unanimes à reconnaitre que les investisseurs locatifs, stimulés sans doute par les effets de la loi Pinel qui semblent envahir la France entière, se sont décidés d’entrer de nouveau dans la danse. Ces derniers se sont en effet rendu compte que les prix de la location sont restés stables. Et 7 à 10 % de rentabilité ne sont pas chose à dédaigner par les temps qui courent. C’est peut-être le moment ou jamais d’acheter.